Apple a multiplié les variations de bracelets en nylon, en cuir et en fluoroélastomère. Mais les modèles métalliques n’ont guère évolué depuis le lancement de l’Apple Watch au printemps 2015 : à l’exception du Milanais (qui s’est décliné en noir sidéral en janvier 2016) et du modèle à maillons, point de salut !
Les bracelets Locarno, Ligero et Vitero.

Les amateurs de bracelets métalliques connaissent les adresses alternatives pour assouvir leur passion dévorante, souvent à des prix sans commune mesure avec les tarifs pratiqués par Apple (sur Amazon ou Aliexpress par exemple) — revers de la médaille, la qualité de ces menottes laisse souvent à désirer.

Il existe toutefois des fabricants qui savent marier qualité et prix abordables. JUUK veut se positionner sur ce créneau avec plusieurs collections de bracelets métalliques globalement bien conçus et originaux, et qui restent relativement accessibles. Nous avons eu l’occasion de porter pendant quelques temps trois modèles issus des collections Ligero, Vitero et Locarno.
Le bracelet Vitero.

Ces trois bracelets ont plusieurs points en commun, à commencer par une boucle déployante en acier inoxydable dotée d’un mécanisme à ressort solide. Il faudra se lever tôt pour briser les attaches qui maintiennent la boucle aux deux morceaux du bracelet.

Pour les modèles Vitero et Locarno, le matériau des bracelets est en acier inoxydable 316L, comme le boîtier inox des montres d’Apple. Le bracelet Ligero, plus sportif, est en aluminium Series 6000 à l’instar du châssis des iPhone 61. Les attaches sont de grande qualité, avec une pompe centrale qui joue parfaitement son rôle pour solidariser le bracelet avec la montre. L’inox est plus lourd que l’aluminium et cela pèse sur le poignet, en particulier quand on fait du sport.
Le bracelet Locarno deux tons.

JUUK promet que ses aciers sont résistants à l’eau et à la sueur ; après avoir vécu avec le bracelet Vitero pendant une vingtaine de jours — douches et jogging compris —, j’ai constaté de petites tâches d’érosion sur la finition satinée, à cause de la sueur. Le fabricant conseille de nettoyer à l’eau claire le bracelet après le sport, une précaution que je n’ai pas suivie (donc je ne m’en prends qu’à moi-même).

S’il est une chose qu’Apple a parfaitement réussie avec son bracelet à maillons, c’est le système d’ajustement : pour retirer un maillon, il suffit de pousser un bouton afin que le bracelet s’adapte parfaitement au poignet. Rien de tout cela chez JUUK malheureusement, qui fournit tout de même tous les outils permettant de retirer les maillons de ses bracelets.

Le fabricant a mis en ligne des tutos en vidéo pour épauler les utilisateurs, qui devront tout de même faire preuve de patience pour ajuster au mieux les bracelets.

Les finitions sont bonnes, on est loin des bracelets à deux francs six sous que l’on peut trouver dans des boutiques interlopes. JUUK assure que ses produits sont assemblées dans les usines où l’on manufacture aussi les bracelets de montres suisses. Impossible de confirmer ces dires, mais il est difficile de ne pas reconnaitre la qualité de la fabrication.
L’outil fourni avec le bracelet Vitero pour retirer les maillons.

Les coloris et les motifs sont laissés au bon goût de chacun (mention spéciale pour le modèle Ligero arc-en-ciel qui ne laissera personne indifférent !). Personnellement, j’ai particulièrement apprécié le Vitero avec sa ligne centrale jaune, un design très sportif qui rappelle un Transformers. Le Locarno deux tons rose fait un peu vieillot selon moi, mais je ne prétends pas détenir la vérité universelle.

Étant donné le matériau utilisé, ces bracelets se destinent plutôt à agrémenter une Apple Watch en acier inoxydable. Toutefois, on pourra aussi les porter avec une montre en aluminium sans que cela ne fasse tâche.

Les tarifs s’échelonnent actuellement entre 249 $ et 279 $ pour les bracelets Locarno ; de 109 $ à 139 $ pour les modèles Ligero ; et de 119 $ à 149 $ pour la collection Vitero. JUUK renouvelle régulièrement ses coloris et propose aussi des bracelets en cuir avec boucle déployante qui